Politique

condamnation d’Imran Khan : l’ex Premier ministre pakistanais arrêté pour corruption – Le Parlement risque la dissolution

La condamnation d’Imran Khan ex premier ministre pakistanais à trois ans d’emprisonnement ce samedi 5 août enfin prononcée .

L’ancien Premier Ministre pakistanais, Imran Khan, actuellement leader du parti Pakistan Tehrik-e-Insaf (PTI), a été condamné à trois ans d’emprisonnement pour corruption. Cette décision fait suite à une affaire de cadeaux qu’il aurait reçus lorsqu’il était au pouvoir. Imran Khan dénonce ces accusations, affirmant qu’elles sont motivées par des considérations politiques. La situation suscite des interrogations sur le système judiciaire et les possibles motivations politiques derrière cette condamnation. Depuis son éviction du pouvoir en 2018, Imran Khan fait l’objet de plus de cent cinquante poursuites judiciaires.

Des tensions avec l’armée L’éviction d’Imran Khan du pouvoir a été associée à la perte de soutien des principaux généraux de l’armée. Les critiques acerbes qu’il a émises à l’encontre de l’armée suite à son départ ont suscité des tensions supplémentaires. Dans un pays où les critiques directes envers l’armée sont souvent évitées, cette prise de position a attiré l’attention et soulevé des inquiétudes quant à l’avenir politique d’Imran Khan.

Une dissolution du Parlement en vue après la condamnation d’Imran Khan ?

Suite à la condamnation d’Imran Khan, des spéculations circulent concernant la dissolution probable du Parlement. Les élections nationales pourraient se tenir à la mi-novembre, voire plus tôt. Cette situation politique incertaine suscite des inquiétudes quant à la stabilité du pays et à l’impact sur la démocratie pakistanaise.

Condamnation d’Imran Khan : le leader appel à la sérénité

emprisonné Malgré son arrestation, Imran Khan a lancé un appel à ses partisans, les exhortant à rester pacifiques et inébranlables. Dans un message vidéo diffusé sur les réseaux sociaux, il a réaffirmé sa position et sa détermination face à cette épreuve judiciaire. Cependant, les autorités ont interdit la diffusion d’images ou de mentions de son nom à la télévision, témoignant des tensions croissantes autour de cette affaire. Lorsqu’Imran Khan, 70 ans, avait été arrêté le mois de mai, son arrestation avait provoqué des émeutes inédites dans tout le pays et au moins neuf personnes avaient été tuées, selon la police et les secours. L’ancien dirigeant, renversé en avril 2022, reste populaire et espérait revenir rapidement au pouvoir.

La condamnation d’Imran Khan pour corruption et son arrestation ont plongé le Pakistan dans une période politique tendue. Les multiples poursuites judiciaires à son encontre, ainsi que les tensions avec l’armée, remettent en question l’avenir du PTI et de la démocratie dans le pays. La possible dissolution du Parlement et des élections anticipées ajoutent un élément d’incertitude à la situation déjà complexe. Le pays attend avec appréhension les prochains développements politiques qui pourraient façonner son avenir.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
%d blogueurs aiment cette page :

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité